Un partage Reïki

Le mot « partage » est adéquat à la pratique du Reïki, bien plus que le mot « soin ».

De fait, je ne me rends pas à un rendez-vous de Reïki pour « m’en remettre à ». Pour me coucher pendant une heure et laisser un autre être toucher mon corps pendant que mon esprit divague hors de la pièce, loin du moment. Mon corps communiquera très peu s’il n’est pas investi par son seul et unique habitant.

Partager un temps Reïki, c’est accepter de cheminer vers le ressenti de mon corps, de le communiquer avec clarté par des mots simples, choisis, ajustés. Cette démarche nécessite que j’investisse pleinement le moment présent grâce à mon véhicule de vie : mon corps. Ce temps est essentiel pour me permettre d’aborder la vie avec justesse, sans jugements ou conceptions inutiles. Et ainsi cheminer vers mon potentiel réel.

Partager un temps Reïki, c’est retrouver mon chemin unique, mon pouvoir personnel. Quand mon corps est touché par le praticien, je l’habite, je le sens, j’accompagne. Et le corps libère sa parole. Je la rencontre, m’en étonne, m’en émerveille. Toute parole de corps se doit d’être écoutée : c’est la Vie qui parle à travers lui. Tout est bien, dans un partage Reïki. Tout est à rencontrer. Avec curiosité. Sans aucune volonté d’autre chose que ce qui se présente.

Cette neutralité absolue, cet accueil infaillible de ce qui est. Voici l’esprit puissant du Reïki.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.